Illettrisme à La Réunion : "Repanser" un problème qui ne cesse de s'aggraver

  • PDF

illetrismeréunion
A Saint-Leu, la prochaine conférence du jeudi aura lieu le 28 mai 2015 à 18h00 sur le thème de l'illettrisme à La Réunion : "Repenser" un problème qui ne cesse de s'aggraver.
Animé par Michel LATCHOUMANIN, La conférence se déroulera dans la salle des mariages de l'Hôtel des postes de Saint-Leu, place de la Mairie.

Résumé :


L’illettrisme est le vocable utilisé depuis 1971 en France pour caractériser le rapport au savoir des personnes qui, après avoir été scolarisées, n’ont pas conservé une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante.
Il faudra cependant attendre 1984 pour que le phénomène soit reconnu officiellement avec la mise en place, sur décision ministérielle, du GPLI (groupement permanent de lutte contre l’illettrisme) dont la mission consistera à impulser et à coordonner les interventions visant à éradiquer ce qui est désormais considéré comme un véritable problème de société.
Les efforts conjugués des pouvoirs publics et du mouvement associatif ne suffiront pas, loin s’en faut, à concrétiser la prédiction d’ATD Quart Monde qui en 1977 annonçait la résolution définitive du problème dans la prochaine décennie.
Aujourd’hui, si dans l’hexagone les résultats de le dernière enquête IVQ3 (2012) révèlent une diminution significative du nombre de personnes en situation d’illettrisme du fait notamment du vieillissement de la population dont les plus de 65 ans ont été exclus de l’échantillon de référence (2,5 millions, soit 600 0000 de moins qu’en 2007), à La Réunion, la même enquête révèle un chiffre en augmentation de 16 000 nouveaux cas en dépit de l’effet du vieillissement qui, comme ailleurs, exclut de l’enquête un nombre considérable d’individus. Ce sont précisément 116 000 personnes, soit 20% de la population des 16-65 ans, qui sont concernées. Un triste constat qui souligne surtout l’inanité des actions de prévention et de lutte mises en œuvre depuis 20 ans.
Nous nous attacherons dans un premier temps à montrer l’inadaptation du lexique en usage auquel nous devons l’origine de la catégorisation marginalisante d’une frange de la population aujourd’hui victime d’une exclusion organisée. Nous dresserons ensuite un état des lieux sans concession de la situation locale en dénonçant, entre autres, l’invalidité des explications oiseuses dans lesquelles pataugent les opérateurs officiels pour masquer leur incurie. Nous exposerons enfin les raisons majeures qui nous portent à croire que le système en place, d’un coût annuel supérieur à 30 millions d’euros, est frappé d’obsolescence.
En conclusion nous plaiderons pour la nécessité de repenser et de réorganiser une action de prévention et d’intervention dont les acteurs se doivent impérativement de s’affranchir de la « surnormatisation » d’un système scolaire ségrégatif dès la maternelle et, simultanément, de recontextualiser le rapport au savoir, de restaurer le dialogisme pédagogique à toutes les étapes de la relation éducative. Nous estimons enfin que la création d’une Agence Régionale de Littératie s’impose désormais dans chacune des 26 régions de France et d’Outre Mer pour d’une part permettre aux acteurs de s’exonérer d’un jacobinisme parisien anachronique et d’autre part prendre en compte de manière plus appropriée les réalités particulières de chaque contexte.

 

Biographie de Michel LACHOUMANIN


Michel LATCHOUMANIN, est Professeur des universités en Sciences de l’Education, docteur en psychologie et directeur du Centre Interdisciplinaire de recherche sur la construction Identitaire (CIRCI) à l’université de La Réunion.
Entré à l’Education Nationale en 1968, il y a successivement occupé plusieurs fonctions (d’instituteur à professeur spécialisé en psychologie scolaire) avant d’intégrer l’université de La Réunion en 1992 où il a, entre autres responsabilités, été Doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de 1997 à 2007.
Il est à l’origine de l’implantation des Sciences de l’Education à l’université de La Réunion où il a développé de nombreux programmes de formation de formateurs, notamment en alphabétisation des adultes, qui, pour la plupart, ont été délocalisés dans les pays de la zone sud ouest de l’océan Indien. On retiendra notamment ses interventions à Mayotte de 1995 à 2001 où il a dirigé un programme de formation de formateurs sanctionné par la FPB (Formation pédagogique de base) et le DUFA (Diplôme universitaire de formateurs d’adultes) et implanté la filière de Sciences de l’Education qui a permis à de nombreux mahorais de valider une licence, une maitrise et un DESS dans la discipline.
Ses activités de recherche l’ont également conduit à diriger plusieurs programmes dans la zone, notamment celui commandité par le Conseil Régional de Rodrigues sur la thématique de la littératie, de 2008 à 2010.
Sa plus grande satisfaction est d’avoir pu convaincre ses collègues chercheurs de la zone OI, dont bon nombre ont mené à terme un Master, un Doctorat, voire une HDR sous sa direction, de la nécessité d’un travail en réseau avec la création d’un centre d’études et de recherche en littératie (CERLI) aux Comores, à Madagascar, à Maurice, à Rodrigues, aux Seychelles et la création d’un Observatoire Régional de littératie (ORLI) qui fédère les représentants de chaque CERLI et dont la présidence lui a été confiée par ses pairs en 2012.
Il est aussi connu pour ses travaux sur l’évaluation, le dialogisme pédagogique, la didactique, l’orientation scolaire, la santé et la violence scolaire.
Il a communiqué sur ces thématiques au-delà de La Réunion et de la zone OI puisque l’année dernière il présentait une conférence à l’université du Québec en Outaouais sur l’état des lieux de la prévention et de la lutte contre l’illettrisme à La Réunion. Ses nombreuses publications sont également connues dans les milieux de la formation initiale et continue. Son ouvrage princeps sur la littératie a d’ailleurs fait l’objet d’une présentation officielle au Québec dans le cadre du 81ème congrès de l’ACFAS (Agence Francophone pour le Savoir) début mai 2013.
Il a présidé de nombreux colloques scientifiques internationaux dont le dernier en date s’est tenu à La Réunion les 24 et 25 mai 2014 sur le thème de la prévention et de la lutte contre l’illettrisme dans l’océan Indien en présence du prix Nobel de littérature 2008 : Jean-Marie Gustave Le Clezio.

Mise à jour le Mardi, 19 Mai 2015 11:42

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici Accueil