• Tèl. : 02 62 34 80 03

Que l’État fasse respecter la démocratie

Le lundi 3 octobre 2016, la Mairie de Saint-Leu a interpellé l’Etat, sur les « irrégularités » rapportées dans la presse de nature à biaiser l’enquête publique. Elle a demandé au représentant de l’Etat de faire la lumière sur les liens qui existent entre les commissaires enquêteurs et la SCPR avant le retour en Mairie de Saint-Leu, de la commission d’enquête.

En réponse le Préfet a indiqué ce mardi 4 Octobre que « les membres titulaires de la commission d’enquête siégeront de nouveau (…) le mercredi et le jeudi » et a précisé que « l’absence de locaux ne permettraient pas au public de s’exprimer et serait donc fortement préjudiciable au déroulement de l’enquête ». Dont acte.

L’Etat discret depuis le début de l’enquête malgré de nombreuses incohérences maintient l’opacité en refusant d’apporter des éléments de vérité et persiste à nous imposer de poursuivre avec les mêmes commissaires dont l’indépendance et l’impartialité ont été mis en cause publiquement.

Toutefois, la position à géométrie variable de l’Etat est pour le moins curieuse : « inviter » le Maire de Saint-Leu à « respecter la réglementation » mais pas la moindre « invitation » à la commission d’enquête, à « respecter » la loi et le code de déontologie des commissaires enquêteurs.

J’invite à mon tour le représentant de l’Etat à faire respecter l’expression de la démocratie, essence même d’une enquête publique, bafouée dans ce dossier depuis le début.